Molière, Le Tartuffe, 1669.

CHF12,000.00

LE TARTUFFE, OU L’IMPOSTEUR. COMEDIE. PAR I. B. P. DE MOLIERE.
Paris: Jean Ribou, 1669.
Deuxième édition originale, publiée deux mois après la première, avec l’achevé d’imprimé daté du 6 juin 1669, enrichie du frontispice qui n’existe par dans l’originale.
Reliure janséniste du XIXe en maroquin rouge signée Trautz-Bauzonnet.
Ex-libris: Léon Rattier.
«Cette leçon de morale supérieure, cette satire de l’hypocrisie religieuse et de l’hypocrisie tout court tombant tout à coup au milieu des jeux, des danses, des plaisirs les plus divers, dans la société la plus frivole et la plus susceptible du monde, devaient provoquer en même temps que de la surprise un terrible remous». (Guibert, I, 257).

UGS : 8011 Catégorie :

Description

MOLIÈRE, Jean-Baptiste Poquelin

LE TARTUFFE, OU L’IMPOSTEUR. COMEDIE. PAR I. B. P. DE MOLIERE.

Paris: Jean Ribou, 1669.

In-12: 9 x 14,5 cm, 1 front., 1 f. de titre, 9 ff. de préface, avis du librairie, trois placets, 1 f. de privilège avec liste des acteurs au vo, 96 pp. de texte.

Deuxième édition originale, publiée deux mois après la première, avec l’achevé d’imprimé daté du 6 juin 1669, enrichie du frontispice qui n’existe par dans l’originale. (Lacroix).

Première édition qui contiennent les trois placets au Roi relatifs au pamphlet de Roullé, curé de Saint-Barthélémy, qui avait réussit à faire interdire la représentation de Tartuffe. (Tchemerzine). La figure du frontispice représente les trois principaux personnages de la pièce: Tartuffe, Orgon et Elmire, au moment où Orgon sort de sa cachette.

Reliure janséniste du XIXe en maroquin rouge signée Trautz-Bauzonnet. Dos à 5 nerfs avec titre et date en capitales dorées. Dentelles aux chasses. Deux filets aux coupes. Toutes tranches dorées. Gardes recouvertes de papier marbré.

Ex-libris: « Léon Rattier ». De Léon Rattier (1824-1902), bibliophile originaire de lorraine, fils d’industriel. Sa superbe bibliothèque fut vendue entre 1920 et 1922 par Leclerc. 

Ex-libris: André Gutzwiller.

Nerfs très légèrement frottés. Beau papier propre. C’est au cours de la sixième journée des grandes fêtes de Versailles, le 12 mai 1664, que furent joués pour la première fois les trois premiers actes de Tartuffe, sous le titre de l’«Hippocrite». «Cette leçon de morale supérieure, cette satire de l’hypocrisie religieuse et de l’hypocrisie tout court tombant tout à coup au milieu des jeux, des danses, des plaisirs les plus divers, dans la société la plus frivole et la plus susceptible du monde, devaient provoquer en même temps que de la surprise un terrible remous». (Guibert, I, 257).

Réf.: Guibert, I, pp. 255-263 / Lacroix, no 15 / Tchemerzine, VIII, p. 319.