Contes de La Fontaine 1685

CHF4,000.00

Amsterdam: Chez Henry Desbordes, 1685.
Complet en 2 tomes rel. en 1 vol. in-12: 10 x 16 cm.
Première édition collective et première édition illustrée des « Contes ».
Unique édition illustrée parue du vivant de l’auteur.

Catégorie :

Description

LA FONTAINE, Jean de / DE HOOGHE, Romain

CONTES ET NOUVELLES EN VERS De Monsieur de La Fontaine. Nouvelle Edition enrichie de Tailles-Douces.

A Amsterdam: Chez Henry Desbordes, 1685. Complet en 2 tomes rel. en 1 vol. in-12: 10 x 16 cm, 1 front., 8 ff. non chiff. de titre, avertissement, préface et tables, 236 pp., 4 ff. de titre et préface au tome second, 216 pp. Première édition collective et première édition illustrée des « Contes ». Unique édition illustrée parue du vivant de l’auteur. Cette édition contient 58 contes, 6 paraîtront encore jusqu’en 1696. Elle est ornée d’un frontispice et de 58 vignettes à mi-page par Romain de Hooghe (1645-1708) placées au début de chaque conte. (Hédé-Haüy, Les illustrations des contes de la Fontaine: 11-12 / Landwehr, Romeyn De Hooghe: no. 62). Exemplaire en premier tirage (sur les trois parus en 1685) avec la faute « chès » au frontispice; « Le Juge de Mêle » à la table du tome I, les 11 lignes de texte à la page 211 du même tome et les 17 lignes à la première page de la préface du tome II. (Tchemerzine, VI: 375 / Rochambeau, no. 28). Reliure postérieure, vers 1850, en maroquin rouge signée « Trautz-Bauzonnet ». Dos à nerfs avec titre et date en lettres dorées et caissons aux petits fers. Plats ornés d’un décor à la Duseuil. Deux filets aux coupes. Filets, dentelles et pointillés en encadrement intérieur. Toutes tranches dorées. Ex-libris: Pihan de la Forest. Mors légèrement frotté. Papier propre. Très bel exemplaire.

Ces contes licencieux, inspirés pour beaucoup de l’Arioste, de Boccace ou de Rabelais, parurent en plusieurs temps, dès 1665. A cette époque, La Fontaine servait Marguerite de Lorraine, duchesse douairière d’Orléans. Les relieurs Georges Trautz et Antoine Bauzonnet travaillèrent ensemble entre 1830 et 1851, année de la retraite de Bauzonnet. A partir de cette date, Trautz reprend l’atelier seul et signe les reliures « Trautz-Bauzonnet ». Edition très considérée par le fameux Guillaume de Bure dans sa Bibliographie instructive (III: 528): « longtemps la plus belle & la plus recherchée […] il faut néanmoins convenir que la plupart des Curieux la recherche encore & en font toujours beaucoup de cas ».